Ce volume correspond souvent à celui de votre cuve de fermentation.

Ce taux peut légèrement varié selon le respect des températures de chauffe durant la cuisson du moût ( nom du liquide sucré obtenu après avoir infusé le malt )

Ce sigle permet d‘indiquer la couleur finale de votre bière, elle est directement liée aux différents malts utilisés. Cette échelle de couleur mesure en général entre 2 et 139 EBC (à partir de 80 on obtient déjà des bières brunes foncées)

Ce sigle permet d‘indiquer le niveau d’amertume de votre bière. Il est directement lié aux différents houblons utilisés (plus précisément selon leur teneur en acides alpha). Cette échelle va en général entre 2 et 100 (certaines double IPA titrent même jusqu’à 150 IBU, voire plus), à partir de 50 on obtient déjà une amertume prononcée. Ce chiffre est calculé de manière théorique, il  reste juste un indicateur. En effet, la complexité d’une bière ainsi que l’ajout d’additifs (épices, fruits, herbes…) peut aussi jouer sur l’amertume ressentie.

La barboteur est un petit récipient qui contient un liquide (votre eau stérile), à travers lequel un gaz carbonique peut s’échapper sans laisser l’air extérieur s’infiltrer.

Ce phénomène est observable par l’apparition de bulles dans le barboteur.

1 – Votre bombonne de fermentation n’est peut-être pas hermétique.

Vérifiez que le bouchon percé soit bien positionné sur la dame-jeanne et que le barboteur soit bien enfoncé dans le bouchon.

Il se peut que le gaz  s’échappe par un autre endroit que le barboteur, ça n’est pas problématique pour votre brassin tant que la fermentation se déroule bien. Pour le vérifier vous pouvez observer la formation d’une petite mousse et de petites bulles à la surface de votre moût.

2 – Vous avez bien mis de l‘eau  dans le barboteur, condition indispensable pour la fermentation.

3 – La température de la pièce n’est pas adaptée

La température ambiante où est stockée votre bonbonne de fermentation est trop haute ou trop basse.

Celle-ci doit être comprise entre 18 et 25°. Dans nos recettes nous utilisons des levures de fermentation haute, en dessous 18° elles peuvent être inactives. Si c’est le cas déplacer votre bonbonne dans une pièce plus chaude.

4 –  La température du moût lors de l’ensemencement n’était pas bonne.

Il faut attendre de redescendre en température jusqu’ à 23° lors du refroidissement avant d’y ajouter la levure (comme expliqué dans notre guide de brassage, page 7). Au-dessus de 30° il y a un risque de tuer les levures. Si vous n avez pas respecté cette température plafond, essayez d’ensemencer avec de nouvelles levures (contactez-nous si vous avez besoin d’un sachet supplémentaire).

La levure étant particulièrement fragile, elle doit être traitée avec attention. Elles ont un temps de latence à prendre en compte avant de s’activer et de se multiplier. Une bonne oxygénation du moût à l’aide d’une passoire permettra également d’accroitre l’activité des levures.

Pas d’inquiétudes, il s’agit de résidus normaux de fermentation. Les substances collées sur la dame jeanne sont provoquées par la mousse qui se forme en début de fermentation. Ceux qui flottent dans le moût sont bien souvent des résidus de brassage. Dans tous les cas ces substances sont le signe d’une bonne fermentation.

Ceci est tout à fait normal, elle signifie que la fermentation se déroule bien.

Cette mousse a même un nom : elle est appelée kräusen par les professionnels du brassage. Une  fermentation trop importante peut dans certains cas provoquer une formation excessive de kräusen et de ce fait faire remonter la mousse dans le barboteur. Ce n’est pas un problème, au contraire cela montre une bonne activité des levures. La prochaine fois veiller à moins remplir votre dame-jeanne. Vous pouvez retrouver le repère à ne pas dépasser lors du remplissage de votre bonbonne dans notre guide de brassage artisanal (page 7)

La première cause peut être due à la température un peu trop froide.  Les levures s’activent lentement mais surement. En augmentant la température la fermentation va s’accélérer.

La seconde cause peut être due à une infection de votre brassin. Celle-ci peut provoquer un excès de gaz alors que les levures ont déjà terminé leur activité. Attention lors de l’ouverture des bouteilles il se peut qu’elles se vident d’elles-mêmes. Votre bière sera alors relativement plate voire désagréable à boire. N’ayez crainte cela n’arrivera pas si vous  respectez bien les conditions d’hygiène tout au long de votre brassage.

1 – Vous avez ajouté trop de sucre lors de la mise en bouteille. Un excès de sucre va provoquer une forte carbonatation. Veillez à respecter les doses recommandées dans le guide brassage.

2 -Le temps de fermentation primaire a été trop court avant la mise en bouteille. Tout le gaz ne c’est pas échappé ce qui a provoqué une suppression dans votre bouteille.

3- Votre bière a été contaminée. Peut être avez vous négligé la phase de nettoyage ou votre bière est restée trop longtemps à l’air libre. Une levure sauvage c’est infiltrée, a consommé les sucres, provoquant la sur-carbonatation.

Après avoir nettoyer vos ustensiles il est important de bien les égoutter. Un reste de détergent, un défaut de nettoyage…peuvent altérer  la qualité de la mousse.

On observe souvent ce phénomène avec les bières brassées à la maison. La cause est principalement due à un refroidissement trop lent du moût après la cuisson.

Aussi des résidus de houblon, des traces d’amidon du malt et  la filtration du dépôt peuvent influencer le caractère limpide de votre bière.

D’abord la fermeture de vos bouteilles est une excellente cause à cela…Les capsules ou bouchons mécaniques utilisés doivent être bien serrés et avoir des joints en bon état. Si l’air passe, le gaz s’échappe.

La quantité de sucre doit être suffisante, vous devez respecter les doses mentionnées sur le guide de brassage auquel cas votre bière ne sera pas assez pétillante.

De même les conditions pour la fermentation secondaire doivent être optimales. Les bouteilles doivent être conservées à température ambiante (18/25degrés) pour que la fermentation se fasse correctement. En dessous de la température indiquée la levure  n’assimilera pas les sucres.

Alors dans ce cas peu de doute…votre bière a été infectée par un micro-organisme. Vous avez effectué une expérience enrichissante du brassage amateur mais malheureusement vous ne pourrez savourer votre bière cette fois-ci. N’hésitez pas à renouveler l’expérience en prenant garde de bien respecter toutes les indications du guide de brassage.

Vous avez fait le bon choix en nous faisant confiance et vous avez parfaitement suivi nos instructions, BRAVO. Vous pouvez être fier de vous et dégustez tranquillement vos bières artisanales.